jardin des tuileries balade

Sur les traces de la Révolution française autour du Jardin des Tuileries

Du Palais Royal jusqu’à la Place de la Concorde, cette balade vous fera découvrir de nombreux témoins encore visibles de la Révolution française. Vous arpenterez notamment la célèbre rue Saint-Honoré, où ont vécu de nombreux députés des premières assemblées nationales, et flânerez dans le jardin des Tuileries avant de finir place la Concorde, haut-lieu des exécutions capitales pendant la Terreur. 

Une balade dans l’un des plus beaux quartiers de la capitale, ancien coeur de la Révolution française.

Palais Royal (métro Palais Royal Musée du Louvre)

Sur la Place du Palais Royal, vous vous trouvez entre le Louvre, ancienne demeure des Rois de France, et le Palais Royal, construit par le Cardinal de Richelieu en 1628. Entrez dans les jardins du Palais Royal. À partir de 1781, ce lieu fut pendant un demi siècle le coeur populaire de Paris, et plusieurs épisodes marquants de la Révolution s’y sont déroulés :

jardins palais royal

Aux n° 57 à 60 de la Galerie de Montpensier était autrefois établi le Café de Foy. C’est sur les tables disposées en plein-air de ce café que Camille Desmoulins, le 12 juillet 1789,  appela le peuple à prendre les armes. Le 20 janvier 1793, après le vote à la Convention nationale qui décida de la mort du roi Louis XVI, le député Le Peletier de Saint-Fargeau fut tué d’un coup de sabre par un ancien garde du corps du roi, Philippe Nicolas Marie de Pâris, chez le traiteur Février au 114, de la galerie de Valois. Dans la même galerie de Valois, au n°177, Charlotte Corday acheta dans l’ancienne Coutellerie Badin (au n° 177) le couteau avec lequel elle tuera Marat le 13 juillet 1793.  

Sortir du palais Royal, traversez l’avenue de l’Opéra et prenez la rue Saint-Honoré.

Cette rue, proche du jardin des Tuileries, qui a abrité les différents sièges de la représentation nationale de 1789 à 1795, fut le lieu de résidence de nombreux députés et hommes politiques de l’époque.

Allez tout droit jusqu’à l’église Saint-Roch (296, rue Saint Honoré). 

eglise saint roch paris

Devant cette église s’est déroulée un épisode de l’insurrection royaliste du 13 vendémiaire an IV (5 octobre 1795). Une tentative de prise de pouvoir par les partisans de la monarchie, écrasée sur les marches de l’église par Bonaparte, qui fera environ 300 morts dans le camp des insurgés. Un évènement qui rendra célèbre le futur Empereur. 

Continuez tout droit rue Saint-Honoré. Au n°209 se trouvait le cabinet du docteur et homme politique Guillotin, qui n’a pas inventé la guillotine, mais l’a fait adopter comme mode unique d’exécution capitale. Ce nom restera néanmoins gravé à jamais à celui du docteur !

Tournez à gauche rue du 29 Juillet, traversez la rue de Rivoli et longez le jardin des Tuileries. Au n°230 (devant L’Hôtel Le Meurice), vous pouvez voir une plaque rappelant l’emplacement de l’ancienne Salle du Manège. 

salle des maneges tuileries

La salle du Manège fut construite en 1720 pour les leçons d’équitation du jeune Louis XV. C’est là que se sont établis  l’Assemblée constituante d’octobre 1789 à octobre 1791, l’Assemblée législative d’octobre 1791 à septembre 1792, et la Convention de septembre 1792 à mai 1793. Elle fut démolie en 1802 lors du percement de la rue de Rivoli.

Entrez dans le Jardin des Tuileries.

Ce jardin était autrefois celui du Palais des Tuileries, construit au 16e siècle à l’emplacement d’anciennes fabriques de tuiles. Résidence royale (Henri IV, Louis XIV, Louis XV, Louis XVI…) et impériale (Napoléon Ier), le Palais a été détruit en 1871 lors de la Commune de Paris

jardin des tuileries balade

Sortez du jardin des Tuileries et prenez la rue Cambon jusqu’à la rue Saint-Honoré. Dirigez-vous vers le n° 398 de la rue Saint-Honoré.

robespierre rue saint honore

Comme le rappelle une plaque commémorative, c’est ici qu’a vécu de 1791 jusqu’à sa mort en 1794 Maximilien de Robespierre. Il séjournait en fait chez Maurice Duplay, un entrepreneur en Menuiserie, qui l’a accueilli chez lui après la fusillade du Champs-de-Mars de 1791. 

Plus loin, au n° 273 de la rue a vécu l’abbé Sieyès, l’un des pères de la Révolution française, notamment grâce à son texte Qu’est-ce que le Tiers-État ? 

Prenez la rue Saint Florentin et dirigez-vous vers la Place de la Concorde.

obelisque la concorde

Haut-lieu de la Révolution française, la guillotine est apparue sur cette place le 21 janvier 1793, pour l’exécution de Louis XVI. Du 11 mai 1793 au 9 juin 1794, 1.119 personnes seront exécutées sur cette place – renommée place de la Révolution – dont Danton, Charlotte Corday, Robespierre, et Marie-Antoinette.

Fin de la balade.

visites des quartiers de paris

Nos Visites Guidées

Découvrez Paris autrement avec nos visites guidées – privées ou en groupe – des quartiers de Paris.