statues porte bonheur paris

Les statues porte-bonheur de Paris

Certaines statues ont des vertus magiques, conséquences de superstitions, traditions, voire même légendes, qui ont résisté au temps. À Paris, deux statues font l’objet de véritable culte, touchées par les passants en quête de chance ou de bonheur.

L’un, philosophe illustre, vous accompagnera dans le succès de vos études, l’autre, journaliste, vous offrira fécondité et virilité.

Montaigne, square Paul Painlevé

montaigne paul painleve paris

Assis face à l’entrée d’honneur de la Sorbonne (5e arrondissement), à deux pas du Musée du Moyen-Âge, Michel de Montaigne trône depuis 1933 dans le petit square Paul-Painlevé. Avant chaque examen, les étudiants de la Sorbonne avaient pris pour habitude de toucher la chaussure du philosophe français en clamant « Salut, Montaigne ! ». Une habitude qui s’est transformée en tradition, puis en croyance : le soulier de Montaigne apporte réussite et chance à celui qui le touche.

À l’origine faite en marbre blanc, cette statue fut dégradée à cause de cette tradition, mais également à la suite des multiples révoltes étudiantes du quartier. Il fut donc décider en 1989 de la remplacer par un bronze plus robuste. Bronze ou marbre, ce pied droit est toujours l’un des plus caressés de Paris, comme en atteste la couleur jaune que l’on peut encore voir aujourd’hui !

Une statue réalisée par Paul Landowski, à qui l’on doit également la statue de Sainte Geniève au Pont de la Tournelle.

Tombe de Victor Noir, Cimetière du Père-Lachaise

Victor Noir (1848-1870), de son vrai nom Yvan Salmon, était un journaliste, dont la tombe au Père-Lachaise est l’un des monuments les plus visités du cimetière. 

gisant victor noir

Journaliste d’opposition, Victor Noir fut tué d’un coup de feu le 10 janvier 1870 lors d’une altercation avec Pierre Bonaparte, cousin de Napoléon III. D’abord enterré dans le cimetière de Neuilly, ce symbole de la répression et de la lutte pour la liberté sera transféré en 1891 au Père-Lachaise, et la réalisation du gisant sera confiée à l’artiste Républicain Jules Dalou.

Un gisant en bronze très réaliste, où Victor Noir apparaît dans l’état où il aurait été trouvé après le coup de feu, avec notamment une semi-érection dans un pantalon moulant… Une légende devenue culte, puisqu’aujourd’hui encore on attribue à ce sexe des vertus de fécondité et de virilité. Un sexe qui a donc été maintes fois touché, d’où l’usure du bronze, qui a poli sous ces caresses !

Voir aussi : La Danse de Carpeaux, chef-d’oeuvre controversé du 19e siècle :

visites des quartiers de paris

Nos Visites Guidées

Découvrez Paris autrement avec nos visites guidées – privées ou en groupe – des quartiers de Paris.