Balades

L’élégante et inattendue rue Ballu, l’une des plus jolies voies du 9e arrondissement

Le 9e arrondissement, et plus particulièrement le quartier de la Nouvelle-Athènes, est un enchantement pour qui aime l’architecture. Construit au 19e siècle sur une zone où dominaient jusque-là les guinguettes et les cabarets, les architectes se sont inspirés de l’Antiquité, notamment après la découverte de Pompéi, pour édifier de somptueux immeubles et hôtels particuliers où se côtoyaient écrivains, musiciens, peintres et grands bourgeois.

Entre l’église de la Trinité et la place de Clichy, la rue Ballu en est l’un de plus beaux exemples. Quelques centaines de mètres où s’enchaînent villa cachée, hôtels particuliers, jardins verdoyants et façades ouvragées.

La découverte de la rue Ballu peut se faire dans deux sens, depuis la rue de Clichy ou la rue Blanche. Elle est faite ici depuis la rue de Clichy. 

La rue Ballu a été construite lors d’une vaste opération immobilière qui a détruit dans les années 1840 une ancienne demeure bourgeoise, le pavillon La Bouëxière, pour la remplacer par les rues de Douai, de Vintimille, de Calais et Ballu. Un nom qui rend hommage à l’architecte Théodore Ballu, à qui l’on doit notamment la reconstruction de l’Hôtel de Ville de Paris, et dont l’étonnant hôtel particulier de style néo-Renaissance se trouve à quelques mètres de là, au n°78 de la rue Blanche.

Entrez rue Ballu à l’angle de la rue de Clichy

Remarquez les superbes portes sur les deux côtés de la rue. Avancez jusqu’aux numéros 31 & 32.

Sur votre droite, au numéro 23, entrez dans la chic et calme villa Ballu, voie privée aménagée pour une clientèle fortunée (accessible en semaine uniquement). La façade à gauche de l’entrée présente une magnifique décoration Art Nouveau.

En sortant de la villa Ballu, admirez devant vous la façade de style néo-flamand, plutôt rare à Paris, au numéro 28. C’est à l’origine un hôtel particulier construit en 1891 pour le peintre Charles Wislin (1852-1932).

Rendez-vous au numéro 19 (les merveilles ne s’arrêtent plus !) et découvrez une belle maison de trois étages en retrait d’une cour recouverte de graviers. Dépaysement garanti. Juste en face , le numéro 24 présente derrière un portail un magnifique hôtel particulier avec une double entrée et un toit à la Mansart.

Avancez jusqu’au numéro 13 et admirez la magnifique façade de l’immeuble, ornée de vitraux et de cariatides.

Continuez jusqu’au 11bis. Ici se trouve l’Hôtel de Blémont, siège depuis 1932 de la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques (SACD), créée en 1777 par Beaumarchais. Construit en 1858 pour un riche banquier, ce magnifique Hôtel particulier a été racheté par le poète Émile Blémont (1839-1927), dont il porte désormais le nom.

Changez de trottoir et allez au numéro 6 de la rue. Comme le rappelle une plaque posée à l’entrée de l’immeuble, ici se trouvait le théâtre des Pantins, curieux et éphémère théâtre de marionnette qui réunit différents personnalités artistiques. La pièce Ubu-Roi y fut créée avec des marionnettes par Alfred Jarry le 20 janvier 1898.

La rue Ballu, quelques centaines de mètres seulement, mais tant de découvertes !

N’oubliez pas de monter quelques mètres rue Blanche pour découvrir le magnifique Hôtel particulier de Théodore Ballu (n° 78). Les découvertes dans le quartier sont nombreuses : vous pouvez visiter le musée de la vie Romantique ou le musée Gustave Moreau. Voir aussi nos curiosités à voir dans le 9e arrondissement. 

Infos Utiles

Rue Ballu, 9e arrondissement.
Accès par le 55, rue Blanche ou le 72, rue de Clichy.
Métro Place de Clichy

Plan

Rejoignez-nous sur Facebook

Et Instagram