À la découverte des emblèmes royaux (bien cachés) de la Cour Carrée

Lors de vos visites au musée du Louvre, pensez à faire un tour par la Cour Carrée. Joyau de l’architecture Renaissance puis du classicisme français, elle fut l’objet de l’attention de tous les rois, depuis François 1er jusqu’à Louis XIV.

C’est en effet à cet endroit précis qu’est né le Louvre, au 12e siècle, lorsque Philippe-Auguste décida de construire tout autour de Paris un mur de fortification avec, au niveau de la Seine, un donjon pour surveiller la navigation sur le fleuve. Petit à petit, les rois se succédérent pour transformer ce donjon en résidence royale. Mais tant d’époques et de style se mélangent qu’il est difficile de savoir quel souverain est à l’origine des bâtiments qui composent le monument.

Ce n’est pourtant pas si compliqué ! Par tradition, et pour laisser une trace de leurs oeuvres, les rois faisaient graver dans la pierre des lettres, ou monogrammes. Présents partout dans la Cour Carrée, il suffit donc de les déchiffrer ! Partons à la découvertes de la fabuleuse histoire de la Cour Carrée du Louvre.

Henri II et Charles IX

L’aile située à l’ouest (côté pyramide du Louvre) est divisée en deux parties, séparées par le pavillon de l’Horloge. La partie à gauche de ce pavillon, appelée aile Lescot, est la plus ancienne de la cour Carrée. On doit son origine à François 1er, qui souhaitait remplacer le Louvre médiéval par un palais digne de son pouvoir. C’est finalement son fils, Henri II, qui achèva les travaux, et dont le nom est aujourd’hui gravé dans la pierre.

Au dessus du “H” couronné, on peut voir un “H” et un “C” entremêlés, symbole de Henri II et de sa femme, Catherine de Médicis.

Continuez sur l’aile sud (côté Seine). Vous pourrez voir au milieu des “H”, un “K” couronné ou deux “K” qui s’entrecroisent. C’est l’emblème de Charles IX, second fils d’Henri II et Cathérine de Médicis, qui continua l’oeuvre de son père..

Louis XIII

Retournez au pavillon de l’Horloge (côté pyramide). On doit ce pavillon, ainsi que l’aile qui est à sa droite, à Louis XIII. Comment le reconnaitre ? Grâce, notamment, à l’emblème du couple royal que l’on peut apercevoir, à savoir un “L” et un “A” entrelacés, pour Louis XIII et Anne d’Autriche.

Louis XIV

Versailles nous l’a fait oublier, mais Louis XIV eut de grands projets pour Paris. Et bien qu’il en ait abandonné certains, son règne ne fut pas avare en chantiers dans la capitale. Il est, avec Napoléon III, le plus grand bâtisseur du Louvre, et c’est à lui que l’on doit l’achèvement de la Cour Carrée.

À noter tout de même qu’il quitta le Louvre au milieu des travaux, et que celle-ci ne fut donc définitivement achevée – et par la même occasion quelque peu modifiée – qu’au 19e siècle.

Sur toutes les autres ailes  de la Cour Carrée, vous pouvez ainsi apercevoir un “L” et un “B”. Sobrement, Louis XIV est représenté comme Louis de Bourbon, simple héritier d’une dynastie.

Ce “L” est par ailleurs devenu en 1848 le logo du musée du Louvre.

Louis XVIII

En sortant de la Cour Carrée côté Seine ou côté Colonnade du Louvre, vous apercevrez deux “L” dos à dos. Ces emplacements, longtemps laissés vides, reçurent le “N” de Napoléon avant que Louis XVIII, rétablissant la monarchie en France, fasse disparaitre toute trace de “l’usurpateur“.

D’une pierre, deux coups ! Louis XVIII signa ainsi une oeuvre qui ne lui devait rien, et rendit par la même occasion hommage à son aïeul Louis XIV, qui pouvait aussi signer les bâtiments qu’il avait commandés par deux “L” entrecroisés.

 

La cour carré n’a plus de secret pour vous, vous pouvez désormais découvrir l’histoire de la somptueuse Colonnade du Louvre ! Pour découvrir tous les secrets du Louvre, participez à notre visite guidée du Louvre

visites des quartiers de paris

Nos Visites Guidées

Découvrez Paris autrement avec nos visites guidées – privées ou en groupe – des quartiers de Paris.