Balades

Balade quartier de Montorgueil – Les Halles

Se promener dans le quartier de Montorgueil (2ème arrondissement), c’est avant tout plonger dans la riche et vieille histoire des Halles de Paris, marché qui a nourri Paris et les Parisiens pendant 8 siècles, avant de les quitter définitivement en 1969 pour Rungis. Indissociable des Halles, donc, « Montorgueil » s’est développé suivant les transformations successives du marché, faisant de ce quartier une zone à la fois populaire et moderne, où marchands bourgeois ont de tout temps côtoyé travailleurs et ouvriers. Une ambiance que l’on retrouve encore aujourd’hui, bien que la déménagement des Halles ait modifié cette population historique.

Une promenade qui vous transportera dans l’histoire de ce quartier, l’un des plus anciens de Paris. Vous profiterez également de son agréable atmosphère de petit village commerçant réservé dans sa grande majorité aux piétons.

LA BALADE

  • Début de la balade devant l’Église Saint-Eustache.  Construite au début du 16ème siècle à la place d’une petite chapelle pour accueillir une population de plus en plus importante, cette magnifique église est un mélange de styles gothique et renaissance. Une église réhabilitée au 19e siècle par Victor Baltard, célèbre architecte des Halles du 19e siècle, à la suite d’un incendie en 1844.
  • La grande coupole qui vous voyez depuis l’entrée de l’Église est l’ancienne Halle au blé (commerce de farine, orge, avoine, fèves, etc…), ancienne Bourse de Commerce devenue le nouveau site de la collection Pinault. Accolée au monument, découvrez l’histoire de la Colonne Médicis.

  • Rendez-vous ensuite rue Montorgueil. Cette rue piétonne est le cœur commerçant du quartier, et certains magasins font partie des plus vieux de Paris. Au n°38 de la rue se trouve « l’escargot Montorgueil », cuisine favorite au 20ème siècle de Guitry, Proust, Dali… et dont le plafond d’entrée est la peinture qui ornait la salle à manger de Sarah Bernhardt !
  • Continuez tout droit. En traversant la rue Etienne Marcel, vous passez hors des frontières de Paris au 13ème siècle, lorsque la ville était protégée par l’enceinte Philippe Auguste (vous pouvez voir d’ailleurs au 20, rue Etienne Marcel, un de ces vestiges : la Tour Jean-Sans-Peur).
  • Au 51 rue Montorgueil se trouve la Boulangerie-Pâtisserie Stohrer, plus vieille pâtisserie de Paris. Stohrer était le pâtissier de Marie Leszczynska, femme du roi Louis XV (1710 – 1774).
boulangerie pâtisserie 51, rue Montorgueil, Paris

 

  • En face de la pâtisserie se trouve la rue Marie-Stuart. Le roi Saint-Louis (1214 – 1270), promulgua en 1256 une loi interdisant la prostitution à l’intérieur de la ville, et poussa les prostituées à s’installer hors les murs. Dans le quartier des Halles, elles seront nombreuses rue Marie Stuart et rue Dussoubs, appelées alors… rue Gratte-Cul et rue Tire-Boudin ! Continuez tout droit jusqu’au bout de la rue Montorgueil (la rue devient rue des Petits Carreaux) puis traversez la rue Réaumur.
  • Rue d’Aboukir, tournez à droite jusqu’à la place du Caire. Ici se trouvait la plus importante cours des miracles de Paris (parmi la douzaine qui l’entourait), sorte de zone de non-droit où se réunissaient tous les voyous, voleurs, mendiants, infirmes et prostituées.
    • Le nom de “cours des miracles” vient du fait qu’à la tombée de la nuit, ou lorsqu’ils étaient poursuivis par la police, les infirmes et estropiés retrouvaient, comme par magie, toutes leurs facultés physiques… Remarquez cependant au n°2 de la place la superbe façade égyptienne de l’immeuble.
façade du 2, place du Caire, Paris

 

  • Prenez la rue du Caire puis tournez à droite rue Dussoubs. Au n°23 de la rue, l’Hôtel Particulier que vous voyez fut l’une des plus importantes maisons closes du 18e siècle. C’est ici qu’exerçait la Comtesse du Barry avant de devenir la sulfureuse maîtresse du roi Louis XV.

 

immeuble Montorgueil, ancienne maison close de Marguerite Gourdan

 

  • Continuez tout droit jusqu’au passage du Grand-Cerf, très joli petit passage couvert de Paris (fermé le dimanche). À la fin du passage, vous arrivez rue Saint-Denis, autre principale artère du quartier Montorgueil. Tournez à droite et descendez la rue Saint-Denis jusqu’à la place Joachim du Bellay, communément appelée place des Innocents.
  • En descendant jusqu’à cette place, vous croiserez de multiples rues aux noms de corps de métiers.  Elles tirent leurs appellations des nouvelles voies crées en 1553 aux abords des Halles pour accueillir les marchands. À chaque rue était attribué le nom du commerce exercé.
    • Rue des prêcheurs, rue aux Ours (déformation de la rue aux « Oies »), rue de la Cossonnerie (marché de volaille et de gibiers au Moyen-Âge). Plus bas, vous trouverez aussi la rue de la Verrerie, la rue de la ferronnerie ou la rue des Lombards (prêteurs sur gages et banquiers).
  • Sur la place des Innocents se trouvait le cimetière du quartier des Halles. A la suite d’un macabre effondrement en 1780, il fut décidé de déménager les cimetière en dehors de la ville (d’où la construction des cimetières du Père-Lachaise, de Montmartre et de Montparnasse). 
  • Terminez la balade rue de la ferronnerie, au niveau du n°6, vous trouverez au sol une plaque commémorative rappelant qu’à cet endroit, le 14 mai 1610, le roi Henri IV a été poignardé par François Ravaillac.

Fin de la balade. Si vous souhaitez continuer à vous balader dans les environs, voir notre balade Châtelet, Île de la Cité, Île Saint-Louis.

Voir aussi l’origine du nom du quartier Montorgueil (et d’autres quartiers de Paris).

Infos Utiles

Balade Montorgueil / Les Halles
Départ Église Saint-Eustache Métro Les Halles (L 4) ou RER Châtelet-Les-Halles (RER A, B, D)
2h environ, à faire de jour.

Rejoignez-nous sur Facebook

Et Instagram